Présentation EnsadLab - 23 mars 2017

Designé pour le plein écran, merci de presser "F"
Navigation avec les flèches de cotre clavier

Pour un design des systèmes
de publications contemporains
et leur écoconception

Julie Blanc
julie-blanc.fr
contact@julie-blanc.fr

Projet de thèse

EnsadLab

Étudiante-chercheuse à l'École Nationale des Arts décoratifs, année D.0

Domaines d'inscription

→ Sciences de l'information et de la communication (section 71)

→ Design (section 18)

→ Humanités numériques

Mots-clés

→ Numérique, design, chaîne éditoriale, technique, économie, légèreté, écriture, code, architexte, pratiques

Problématique

Comment et pourquoi développer une approche soutenable, légère et éthique de la chaîne éditoriale à travers les outils numériques, et quelles sont les conséquences de celle-ci ?

Notions SIC

Enonciation éditoriale → Yves Jeanneret, Emmanuël Souchier

Représente l’ensemble de ce qui contribue à la production matérielle des formes soit qui donnent au texte sa consistance, son « image de texte »

Éditorialisation → Marcello Vitali-Rosati, Brunot Bachimont

Ensemble des dynamiques qui produisent et structurent l’espace numérique : interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier

Notions SIC

Media Studies → M. McLuhan, L. Manovich F. Kittler, N.K. Hayles

« The medium is the message » ?

Remédiation → Marshall McLuhan, Jay David Bolter et Richard Grusin

Rapport circulaire, les nouveaux médias remodèlent les anciens et les anciens médias se remodèlent eux-mêmes afin de répondre aux défis posés par les nouveaux

« Nouveux » médias s'inspirent toujours des anciens

Notions SIC

Architexte → Étienne Candel

Caractérise un certain nombre de logiciels, d’outils d’écritures, qui se situe en amont de la production du texte ou en sont à l’origine / une écriture n’est donc possible qu’à partir d’autres d’écritures

Humanités numériques → Milad Doueihi, Aurélien Berra

Écriture comme technique → Jack Goody, Éric Guichard

Hypothèse

Designer des écosystèmes de publication contemporains plus cohérents et plus légers

→ Repenser les rapports à la chaîne de conception, de production et de diffusion du texte avec le numérique

→ Libérer le texte des carcans d’une application, d’une plateforme ou d’un appareil

→ Comprendre ce que nos usages du numérique dans l’énonciation éditoriale impliquent aujourd’hui

→ Mettre en place des workflows contemporains optimisés et efficients

- adaptés aux usages multicanaux

- qui font face à la réalité complexe d’aujourd’hui pour ce qui est de la mise en forme et de la publication

→ Quelles influence sur la chaîne éditoriale ? (droit d'auteur, économie, travail éditorial, organisation)

Web responsive technology

→ Media queries
→ Un seul support: le site web s'adapte à la taille de l'écran

Un contenu...

... s'adapte à de multiples supports

Site web, application, epub, E ink, PDF, impression A4, livrets, livre...

Chaînes "traditionnelles"

Petits et moyens projets, designers indépendants

Logiciels : traitement de texte + PAO

Word, InDesign (print, epub), Adobe digital edition...

Manipulation simple par les interfaces wysiwyg

Développement séparé de la conception

Code lourd des formats propriétaires

Pas d'interopérabilité possible

Chaînes "traditionnelles"

Gros projets (revues, quotidiens, collections)

Chaine XML-TEI lourde et automatisée

Logiciels opensource = lobel (CLEO), Isidore...

Sémantisation élevée pour diffusion (OpenEdition Books, Cairn.info)

Interopérabilité, multicanal

Peu de présence de designer dans la construction des workflows

Forte automatisation = tout se ressemble

Dette technique importante, maintenance lourde (héritage)

Problèmes des logciels propriétaires (Indesign, Word...)

Confusion fréquente entre structure et mise en forme

Structure
= qualification d’un contenu, ex: niveau de titre, légende

Mise en forme
= taille ou graisse d’une police qui signale formellement un niveau de titre

Problèmes des logciels propriétaires

Génère le code en le masquant

Taper « Hello world » sur Word

Problèmes des logciels propriétaires

Très peu d'interopérabilité

→ La structure/mise en forme ne sera pas garder lorsqu'on copie-colle

Problèmes des logciels propriétaires

Automatisation limitée

Séparation structure/forme

→ Important changement de paradigme dans l’énnonciation éditorial avec l'arrivée du numérique

→ Conception éditoriale prend le pas sur la forme

→ Se concentrer sur l’architecture du contenu avant de se concentrer sur l’esthétique

« Le design est un plan pour organiser
au mieux les éléments afin d’atteindre
un objectif particulier. »

Charles Eames

Séparation structure/forme

Automatisation limitée des formats propriétaires

Séparation structure/forme

Automatisation par le code

Texte brut enrichi

Markdown, Ascii, texte enrichi Wikipédia...

Texte balisé

HTML, XML, SGML, TeX...

+ Description du document

CSS, PostScript, AFP, XPS...
(ou par un logiciel de traitement de texte)

Document mis en forme

Traitement spécifique à chaque terminal

Texte brut enrichi

Markdown, Ascii, texte enrichi Wikipédia...

Compréhensible par les humains

Indépendance vis-à-vis des plateformes → utilisable dans n'importe quel environnement

Interopérabilité → on ne perd rien avec un copier-coller

Soutenabilité → préservation à long therme, accessible et lisible sur n’importe quel terminal (passé, présent, futur)

Concentration sur l'écrit, sur le contenu

Possibilité d'une sémantisation poussées + couplage à des métadonnées

Quelques exemples de workflows

Centre pour l'édition électronique ouverte (Cléo)

http://cleo.openedition.org/

Gitbook

Open source book format and toolchain, https://www.gitbook.com/

Asciidoctor

Open source publishing toolchain, http://asciidoctor.org/

O'Reilly Atlas

Publishing technology, https://atlas.oreilly.com/

The Getty

Maison d'édition à LA, https://getty.edu/

Quels nouveaux paradigmes et/ou quelles ruptures pour la chaîne éditoriale ?

Modularité

→ possibilité de modifier une partie de la chaîne de publication, sans incidence majeure sur les autres parties

→ briques peuvent être ajoutées à la chaîne de publication en fonction des besoins

→ mises à jour possibles depuis l'étape d'écriture jusqu'aux terminaux

Mutlicanaux

→ production et génération de plusieurs formes et formats du livre, sans remettre en cause l’ensemble de la chaîne

Hybrid Publishing Group

Quels nouveaux paradigmes et/ou quelles ruptures pour la chaîne éditoriale ?

Collaboration

→ workflows unifiés qui facilitent enregistrement et partage

→ utilisations d'éditeurs de textes collaboratifs (Etherpad, wikis...)

→ usage actif du texte facilitant conversions, dissections, remix, réorganisation, mise à jour, etc.

Versionnage

→ au lieu de s'envoyer des fichiers, s'appuyer sur issues, commentaires et versionnages (GitHub, wiki...)

→ mises à jours facile à n'importe quel endroit de la chaine (surtout si basé sur CMS statique comme Stacey, Kirby...)

→ travail avec l’éditeur peut commencer dès le début de l’écriture / corrections sont plus faciles

Collaboration et versionnage → Node.js par THomas Parisot

Quels nouveaux paradigmes et/ou quelles ruptures pour la chaîne éditoriale ?

Archivage et pérennité

→ texte brut (Markdown, Ascii)

→ utilisation de standards normées et outils opensource

Citabilité

→ grâce à la séparation structure/forme

→ briques réutilisables (voir le projet Peritext: https://peritext.github.io/)

→ comment citons-nous s'il y a mise à jour ? si le document est un document + graphique que textuel ?

Hybrid Publishing Group

https://research.consortium.io/

Hybrid Publishing Group

Hybrid lecture player
Finally getting the message: McLuhan's media practive

Quels nouveaux paradigmes et/ou quelles ruptures pour la chaîne éditoriale ?

Transformations économiques

→ commun, copyright

→ print-on-demand, expresso book machine

→ documentation du workflow donc outil et texte opensource ?

Etc.

Quelles influences sur le design ?

Transformation du design par les avancées techniques

Adapter les règles à chaque terminal tout en les unifiant

→ entrer profondément dans les caractéristiques de chaque médium, l'un n'est plus simplement une adaptation de l'autre

Culture du papier questionnée

→ le papier n'a plus forcément sa place de leader

Formats

→ renversement de la façon de travailler / la première chose que l’on fait avec InDesign, c’est fixer un format

Formats → Louise Druhle, Atlas critique d'Internet

Quelles influences sur le design ?

Laisser le lecteur choisir ses paramètres (choix fermés)

→ grosseurs caractères, mode jour/nuit, lecture sans pub, sans images...

→ ne pas proposer les paramètres par défauts des applications mais les construire

Temporalité

→ avec le numérique, l’organisation n’est pas que dans les 2 dimensions de la page mais aussi temporelle

Appliquer des designs différents à un même contenu

Quelles influences sur le design ?

Design vs. ingénérie

→ qu'est-ce que le design apporte par rapport à une simple ingénérie des systèmes ?

→ interface, identité, stratégie de positionnement, rédaction de notices, etc. = rapport au public

Etc.

Quelles influences sur le design ?

Responsive font

Nouveau format pour les typographies, offre pleins de possibilités

John Hudson, Introducing OpenType Variable Fonts

Courtesy font, Erik van Blokland

Quelles influences sur le design ?

CSS Print

Comment le générer le fichier PDF ou PostScript ?

→ Outils en ligne de commande : pandoc, prince, asciidoc

→ Option d'impression des navigateurs (pas adaptée pour le moment, choix des formats restreints)

cssregions

→ attribut W3C, le standard existe

→ difficulté actuelle = non implémenté dans Firefox, Chrome / implémenté dans Safari, Internet Explorer

→ existence d'un polyfill pour simuler (FremyCompany)

Open Source Publishing, livret pour le théâtre Balsamine

Open Source Publishing, The Riddle

Outils de rendu en direct

HTML2PRINT, Open Source Publishing (Belgique), http://osp.kitchen

→ Eric Schrijver(OSP) Culture hacker et peur du WYSIWYG dans back office

Outils de rendu en direct

Vivliostyle (Japon), http://vivliostyle.com/

Ecoconception ?

☞ Éco-logie
(décroissance numérique)

☞ Éco-nomie
(scripturale)

☞ Éco-système
(éditorial)

☞ Légèreté

☞ Soutenabilité

☞ Efficience

☞ Pérennité

☞ Frugalité

☞ Utilisation de standard et langages normés

→ Garantie implicite d'un accès équitable aux moyens éditoriaux

→ Communication entre différents programmes et fichiers (création d'un écosystème)

→ Pérennité des contenus

construction et maintient d'une culture de l’écrit numérique luttant de ce fait contre l’obsolescence programmée des formats, mais aussi des objets électroniques

→ Accroissement de l'accessibilité et propagation des contenus

→ Gain d’énergie et d’organisation de tous les individus participant au système de publication grâce à l'interopérabilité

☞ Utilisation de standard et langages normés

Évidence ?

→ 80% des documents en ligne ne sont pas du HTML (le standard du web) ou XML mais PDF ou autre

→ systèmes d’écriture actuels reposant sur des logiciels ou formats propriétaires sont fort instables (changeant environ tous les 5 ans)

Aller plus loin ?

→ blockchain ?

→ archéologie des standards

☞ Esthétique

→ Pollution visuelle actuelle ne permet plus à l’individu d’être dans une posture d’intelligibilité et d’attention

→ Être simple, honnête, pratique et généreux, pour aider l’individu à poser un regard critique sur son environnement visuel, dans un mouvement potentiellement émancipateur. Proposer ainsi un certain désencombrement du monde

☞ Esthétique

→ Retrouver un rapport joyeux à la réduction, sans que celle-ci se dirige vers un appauvrissement

« Tout l’enjeu du travail de l’éco-designer consiste précisément à faire cette économie de la réduction l’occasion d’un possible travail créatif afin qu’une satisfaction et un plaisir puissent encore se manifester. Il apparaît important de repérer les démarches éco-prospectives qui font exister (…) un rapport joyeux et plaisant au monde, pour lequel continue d’exister quelque chose qui touche à un excédent, autrement dit, à une générosité. »

Loïc Fel, Préface au livre Poïétique du design II. Écoconception, p. 28.)

Rich media vs. Poor media (Silvio Lorusso)

Silvio Lorusso, Digital Publishing – In Defense of Poor Media, 17 avril 2015

Rich media

→ sont « le produit d’une doctrine commerciale basée sur une compréhension ornementale de la technologie numérique »

→ interactivité joue un rôle très important mais elle est souvent là pour elle-même, devenant une publicité gratuite pour l’appareil, le logiciel de lecture et l’écosystème de publication en général

→ interactivité capte l’attention de l’utilisateur et « l’enthousiasme aveugle à l’égard de [ses] caractéristiques » n’a alors de sens que d’un point de vue commercial

Poor media

→ proposent une certaine frugalité, un « renoncement conscient et serein aux embellissements en faveur de l’accessibilité et de la propagation »

Rich media selon Silvio Lorusso

☞ Rapport à l'outil

Formats et logiciels ne sont ni neutres ni complètement interopérables

→ avant tout une affaire de compétition entre entreprises

→ portent des valeurs, impulsent des usages et des dynamiques sociales

✌ Lutter contre l’invisibilité des enjeux politiques de l’écriture numérique

Remise en question du monopôle qu’exerce le logiciel de traitement de texte d’Adobe (InDesign) sur toute la profession du designer graphique

✌ Éviter une production qui a tendance à se standardiser à travers des outils qui ont leur empreinte propre

☞ Rapport à l'outil

Designer graphique dépossédé de certaines compétences spécifiques au bénéfice de ceux qui en possèdent le pouvoir technique (et souvent la puissance économique)

→ le logiciel qu'il utilise l'invite à être un simple consommateur ou un véritable acteur du système?

→ invite-t-il à une habitabilité en plus de sa praticabilité? (Findeli)

L’extrême simplicité d’utilisation des interfaces d’édition WYSIWYG s’accompagne d’un certain nombre de limitations et d’une perte de contrôle sur la structure des documents

✌ Ne plus subir les verrouillages imposés par les systèmes de production de masse

✌ Interroger son environnement pour pouvoir créer dans l’écart

☞ Rapport à l'outil

En cachant la textualisation des pratiques, les logiciels dits "de création" développent une figure mythique du créatif inspiré et sans appareillage

✌ Envisager développement d’une culture technique du design graphique qui cultive un rapport heureux et soutenable avec les outils utilisés et interroge leurs valeurs culturelles intrinsèques

☞ Rapport à l'outil

Méconnaissance des capacités de la technologie actuelle rend difficile la compréhension de leur essence, leur signification et donc leur valeur / source d’aliénation et d’impuissance (Bernard Stiegler, Simondon)

✌ Réaffirmer la capacité de l’homme à intervenir sur ses environnements en tant que sujet inventif

→ Ivan Illich : outils conviviaux

→ Certeau : pratiques scripturales et braconnages

→ hackers : comprendre et s’approprier, détourner, inventer la technologie et l’adapter à ses besoins, mais aussi produire ses propres outils

☞ Rapport à l'outil

✌ Entretenir un rapport heureux et soutenable à la technique en retrouvant un certain pouvoir d’agir

✌ Développer une éthique et une soutenabilité dans le travail du texte

☞ Rapport à l'outil

Texte = interface ultime ?

« A great designer knows how to work with text not just as content, he treats text as a user interface. »

Oliver Reichenstein, studio Digital iA

Le code est-il un retour à l'artisanat ?

David Crow parle de « The craft of programming »

→ craft étant entendu au sens des Arts and Crafts de William Morris, avec une relation à l’artisanat, à la main

→ création graphique intimement liée à la production artisanale et une maîtrise des outils du début à la fin de la chaîne

☞ Décroissance numérique

Mythe de la « dématérialisation »

→ tendance à oublier que les octets se matérialisent sous la forme de fibres optiques, câbles en cuivre, disques durs, écrans, ordinateurs et autres claviers dont la fabrication et la maintenance concentrent de nombreux impacts environnementaux

Développer une éthique et soutenabilité technique appliquée à la chaîne éditoriale, en proposant une décroissance numérique

Optimiser conception et production

→ consommer moins (de ressources et d’énergie), consommer mieux

☞ Décroissance numérique

Écoconception logicielle (GreenIT)

« Chaque octet à un impact dans le monde réel »

Trrois principes fondamentaux

→ simplicité (par exemple, ne pas proposer trop de fonctionnalités)

→ frugalité (sobriété)

→ pertinence (qui correspond à l’utilité, la rapidité et l’accessibilité)

☞ Décroissance numérique

Éviter la surconception

→ lutte contre phénomène obésiciel = logiciels utilisant une quantité excessive de ressources système et/ou accumulant une quantité importante de fonctionnalités disparates et non essentielles

→ 70 % des fonctionnalités demandées par les utilisateurs ne sont pas essentielles et 45 % ne sont jamais utilisées (études Cast Software et Standish Group)

☞ Décroissance numérique

Rester simple et de demander le moins de ressources possible lors de la production

→ pratique de l’efficience: consommer le moins possible de ressources physiques pour atteindre un objectif

Efforts dans toutes les étapes de la conception

→ avant ou après production: expression du besoin, conception fonctionnelle et technique, maquettage, conception graphique, développement, maintenance évolutive et corrective

☞ Décroissance numérique

Publication web

1. Conception

Revenir aux fondamentaux du web: léger, responsive (s’adapte à toutes les tailles), accessible, compatible, frugal

Générer les pages en local et non par les serveur web

Pas de langage dynamique ou de base de données lorsque c'est possible (petits sites, blogs...)

→ site web fait que de fichiers HTML et CSS (et éventuellement JavaScript)

→ site très léger et facile à maintenanir

☞ Décroissance numérique / Publication web

2. Consultation

HTML5 permet de lire des pages hors connexions à la deuxième consultation (stockées localement)

→ dispositif consommera potentiellement moins d’énergie car tout est moins sollicité: antennes 3/4G ou Wifi, serveur qui héberge le site, etc.

Favoriser au maximum le stockage et l’usage local de ses données

→ transporter une donnée sur internet consomme 2 fois plus d’énergie que de la stocker pendant 1 an

Plateformes éditoriales ou les services comme le cloud nous ont habitués à une disponibilité immédiate et constante des contenus

→ constat d'un effet rebond = plus les données sont accessibles de n’importe où et plus on a tendance à les manipuler souvent et à les dupliquer

☞ Décroissance numérique / Publication web

3. Questions esthétiques

Esthétique et l’ergonomie de certaines interfaces

Luminosité des écrans à un impact sur la consommation

→ le blanc, la couleur la plus lumineuse, est la couleur par défaut des sites web aujourd'hui / au début des années 90, avec Netscape, le couleur par défaut était le gris

☞ Décroissance numérique

Publication papier

1. Impression bureautique

Optimisation de la mise en page pour l’impression

→ CSS print efficace pour impression la plus épouillée possible

Éviter les paramétrages par défaut des options d’impression du logiciel (navigateur ou autre)

Générant un PDF au moment précis de l’impression permet de prendre en compte les dernières mises à jour du contenu

☞ Décroissance numérique / Publication papier

2. Impression à la demande (print-on-demand, POD)

Révolutionne les marchés classiques de l’édition

Permet de mieux gérer les stocks

→ éviter une trop grosse production qui sera ensuite détruire faute d’acheteur (désastre écologique)

Mise à jour facile des contenus imprimés

Blurb, Lulu, etc. proposent peu d'option (papier, taille, etc.)>/h3>

Expresso book Machine

Expresso book machine

☞ Décroissance numérique / Publication papier

3. L'exemple de Wikipédia

→ Chaque entrée peut être formatée comme celle des encyclopédies classiques, générant un fichier PDF imprimable

→ Possibilité de créer des livres avec Pepiapress ou en Epub

Wikipedia, entrée site / entrée papier

Autres questions

Interfaces de lectures, réception

Comment la longue histoire de l'édition et les imaginaires que nous y projettons nous influencent encore ?

Analyse de l'économie scripturale (programmeurs, développeurs...)

→ Comment gérons-nous les ressource ? quand on publie, quelle est la pratique d'écriture ? Analyse des positions sociales

Valeurs communes entre décroissance, écologie et culture du libre

→ ouverture, collaboration et mutualisation, connaissances partagées ou encore l’augmentation des pouvoirs d’agir individuel et collectif

Merci ✌

julie-blanc.fr

contact@julie-blanc.fr